dimanche 6 décembre 2015

J'ai créé une boule de Noël en verre
                                      [à l'Atelier Musée du verre de Trélon]


Bonjour mes petites boîtes de coca givrées ! J'espère que vous allez bien en cette journée de St Nicolas, que vous ne mangez pas trop de chocolats -moi je n'exagère pas... ou presque- En ce mois de décembre, je profite de trier les photos de mon weekend au mois d'octobre chez mes parents et surtout à l'atelier-musée du verre de Trélon (dans le Nord) ! Je ne sais pas si je vous en ai déjà parlé mais c'est un super endroit où mon père est bénévole, et donc je le connais très bien -le lieu hein- Ma mère y est médiatrice et m'a rappelé qu'à l'approche des fêtes de fin d'année, le musée proposait de réaliser sa propre boule de Noël en verre. 

Vous me connaissez, je ne pouvais pas découvrir quelque chose sans ma baroudeuse préférée et j'ai donc proposé à Alex de m'accompagner. Nous avons été reçues par JB, un des verriers professionnels qui s'occupe des ateliers. C'est l'un des meilleurs pédagogues que je n'ai jamais rencontré et nous avons profité des explications et des conseils des bénévoles présents. 

L'atelier ne coûte pas cher donc l'année prochaine si vous avez l'occasion n'hésitez pas ! Il coûte 15 € seulement et c'est tous les mercredis de novembre et pendant les vacances de la Toussaint. Je vous propose de vous renseigner davantage en allant sur le site créé par mon père <ICI>
2 rue Clavon 59312 Trélon
Réservations : 03 27 59 71 02 

Je lui ai d'ailleurs demandé de rédiger les commentaires sous les photos puisque j'ai beaucoup de mal à m'exprimer clairement sur un sujet aussi technique, après tout, c'est déjà lui qui donne les explications sur place ! 

photos : Paulo, Alex & Celeesia


JB, l'artisan verrier, va chercher un peu de verre dans le four avec une canne à souffler. Il tourne doucement la canne et le verre à la température de 1120°C s'enroule autour du bout de la canne. Le verre est, à ce moment du travail, transparent.



Il faut maintenant s'approcher de la table des couleurs. C'est du verre déjà coloré avec des oxydes métalliques. On peut choisir, si l'on veut colorer la future boule de Noël entièrement, de la poudre de verre dans les gouttières de gauche sur la vue. Si l'on préfère appliquer des taches de couleur, on choisira des petits grains de verre sur la droite. Céline a choisi, avec l'aide de JB, de colorer sa boule en bleu (la poudre) avec des taches blanches (les grains). Elle tapote dans les couleurs en tournant la canne et le verre recueilli fond instantanément sur le verre à 1120°C pris tout à l'heure dans le four.



Cela fait, les couleurs ne sont pas totalement incorporées au verre sur la canne. Alors, il faut passer au réchauffeur, un four qui chauffe à 1500°C et qui ne contient pas de verre. Alex est ici en train de prendre la chaleur du four en pleine figure et tient la canne en tournant inlassablement jusqu'à ce que le verre et les couleurs soient fondues ensemble, le tout sous l'oeil avisé de JB qui donne de nombreux conseils et surtout le signal de fin de chauffe.



Ici, le passage est technique et JB prend la main : les couleurs sont fondues et le verrier forme sur le marbre un cylindre de verre dans lequel il va souffler une première bulle d'air grâce à la conception de la canne à souffler qui est creuse en son centre. Il vide la bouche de son air et crée ainsi une pression dans la canne, pression qu'il va pouvoir conserver en bouchant l'une des extrémités avec son pouce, celle dans laquelle il vient de souffler. De l'autre côté, celui où se trouve le verre chaud, la pression fait sortir l'air de la canne et crée ainsi une bulle d'air parfaite. C'est grâce à cette bulle première qu'Alex et Céline pourront souffler plus tard dans la canne.


Bien sûr, tout cela prend du temps et le verre s'est refroidi. JB repasse donc au réchauffeur pour augmenter la température du verre en même temps que la viscosité : au plus le verre est chaud, au plus il se liquéfie et JB n'a besoin que de rendre son verre visqueux, comme du caramel fondu ou du miel d'acacia pour l'utiliser.



L'étape suivante est cruciale : JB a fait asseoir Céline sur son banc et va lui apprendre les deux gestes les plus importants pour réaliser une belle boule de Noël. D'abord, avec ses fers, il lui apprend à "trancher" le verre : Céline trace un sillon dans le verre qui lui permettra de séparer au final la boule de la canne. Ensuite il la fait souffler doucement dans la canne pour faire gonfler peu à peu la bulle d'air dans le verre et ainsi créer une forme arrondie.



Et, pour Céline comme pour Alex, le processus devra se renouveler trois fois, de façon à faire grossir comme il le faut la boule de Noël : trancher, souffler, trancher, souffler... Et peut-être JB devra-t-il réchauffer le verre de temps en temps car nos demoiselles ne peuvent pas travailler à la vitesse d'un verrier confirmé... Peu à peu, on découvrira que les yeux de nos belles luisent de plus en plus... La magie du verre opère... Puis vient le moment de séparer la boule de la canne, moment choisi et exécuté par JB, geste technique oblige...



La boule séparée de la canne, il reste une opération à faire, celle de boucher le trou fait par le passage du souffle de Céline ou Alex : en effet, pour faire grossir la boule de Noël, il faut souffler dedans et un trou s'est formé. Alex, aidée de moi, Paulo, va chercher du verre dans le four puis forme sur le marbre un petit cylindre de verre très chaud. C'est ce petit cylindre dont va se saisir JB pour refermer la boule de Noël. Et il va profiter du fait que le verre soit assez visqueux ensuite pour former le petit anneau qui va permettre d'accrocher notre oeuvre au sapin... où l'on veut surtout...
Pas question de partir avec la boule dans la poche... Elle est encore à près de 800°C et devra passer la nuit et la journée suivante dans un four électrique, l'arche de recuisson, où elle descendra en température très doucement, pour éviter qu'elle ne "pète" disent les verriers.

Tout cela pour aller enfin se faire prendre en photo et pouvoir dire :
"C'est moi qui l'ai fait... Ça vous plaît ?"

4 commentaires:

  1. Bel article. Je conseille cet atelier. J'ai pu surmonter ma peur du feu et réussi à réaliser ma boule de Noël.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente que l'atelier comme l'article t'ai plus ;-)
      Des bisous

      Supprimer
  2. Coucou, j'espère que tu vas bien ?
    Cet atelier doit être vraiment intéressant et ce doit être très plaisant de faire soi même sa propre boule de Noël. Merci de partager cette expérience avec nous.
    Tu sais que je me suis fait exactement la même réflexion au sujet de ma tête sur les photos en les découvrant une fois de retour des vacances. C'est dingue la tête de pintade que je peux faire quand je suis contente ! Bises :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très intéressant je te le conseille fortement même si ce n'est pas la porte à côté pour toi ;-)

      Des bisous

      Supprimer

Merci beaucoup pour ce petit mot !
Je réponds dès que je peux.
N'oublie pas de cocher la case "m'informer" pour recevoir ma réponse.